• Séjour à Zuydcoote.

    Séjour à Zuydcoote.

     

    Vous arrivez,  vous souffrez, vous craignez, vous ressortez en mieux-être

    Cet article est le récit de mon vécu, avec mes phrases  écrites noir sur blanc.
     
     

    aenf-n-jpg.jpg

    Je ne viens pas vous parler du film " Week-end à Zuydcoote " tourné dans cette belle partie de la côte d'Opale.

     

    Non c'est de l'hôpital Vancauwenberghe dont je veux vous dire le bien que j'en pense.

     

    Souvent le mot " sanatorium " fait peur, pourtant c'est ainsi qu'était nommé autrefois cet établissement qui en a vu défiler des malades, des personnes en souffrance, des malheureux.


    J'avais déjà été hospitalisée huit mois au sanatorium de  Camiers très jeune.

     

    Heureusement que des établissements comme ceux-ci existent, pour soigner, écouter, rééduquer, prendre le relais des médecins, des chirurgiens etc...
     

    Quand mon médecin décréta que je devais être hospitalisée plus de quatre semaines,  je me suis révoltée lui disant :
    _Non !
     
     
    Oh il a l'habitude avec moi, mais après ses explications du pourquoi, et la visite auprès du médecin-chef ( une femme ) je suis donc partie dans cet établissement.
     

    C'est là que j'ai appris que notre corps est le bien le plus précieux que nous possédons.
     
     

    L'établissement immense où j'arrivai me sembla rébarbatif, surtout lorsqu'on m'attribua la chambre austère archaïque, datant de " Mathusalem ", j'ai retenu mes larmes quand mon mari est parti.
     

    Nous étions trois femmes dans cette chambre à côté d'autres chambres alignées dans un couloir.
     

    Chambres aussi bien hommes que dames, les WC  communs,  une salle de bains où se trouvaient huit lavabos, et un paravent pour s'isoler le cas échéant.
     
     
    Il faut préciser que la plus part des hospitalisés étaient en chaise roulante, ou marchant très difficilement.
     

    Je me suis tout de suite très bien entendue avec les personnes de toutes les chambres, nous rencontrant dans la salle à manger, ou au détour d'un couloir menant aux soins.
     
     
    Nous étions tous égaux dans " le malheur ", luttant contre un problème de santé.
     

    Le matin branle-bas de combat, lever à 6h45 par la femme de service qui allumait la télé pour nous réveiller, et déjeuner de 7h à 7h30, toilette où je me pressais afin que personne ne me voit, quand la douche était libre je me faufilais dedans, puis à 9h piscine de rééducation plus d'une heure, repos 15 mn, et massages, et rebelote dans l'eau pour des mouvements appropriés, retour à la chambre, rendez-vous deux fois semaine avec la psychologue, je crois n'avoir jamais autant marché car les trajets sont longs dans l'établissement, des couloirs infinis.

    Diner à la salle à manger, de 12h à 13h, petite sieste de 30mn, et c'est reparti pour 1h avec l'ergothérapeute, mouvements et démonstration de gestion du dos, ce n'est pas fini, encore un moment avec les kinés, retour à la chambre.
     
     
    Entre temps je pouvais aller dans une pièce bien aménagée, pour boire soit un café ou jus de fruits, des jeux de société étant mis à disposition des personnes désireuses de se changer les idées.
     
     
    Le soir arrivait pour aller souper vers 18h, et retour dans la chambre où nous papotions un petit moment, et après la toilette le sommeil ne tardait pas.
     
     
    A 21h couvre-feu !
     

    Les premiers jours furent très durs, et puis je me suis bien habituée, ayant même souvent des fous-rire avec les autres personnes dont beaucoup étaient là depuis des mois, voire des années, oui les accidentés graves, les grands brûlés, les laissés pour compte aussi, en détresse...!
     

    Dans cet hôpital j'ai encore appris plus sur l'humanisme, la solidarité, le non-conformisme.
     
     
    Une grande leçon d'humilité, solidarité et de fraternité.
     
     
    Pas mal de personnes devraient y aller faire un tour par " curiosité "!

    Nous n'avons pas le droit de nous plaindre je dis aux " tamalou ", quand j'ai vu les cas impensables, d'enfants sans jambes installés et promenés dans une sorte de charrette, des jeunes aux visages brûlés et en leur parlant ne pas montrer la tristesse, qu'ils ne la voient surtout pas dans le regard que je ne pouvais dérober, et d'autres malades rencontrés au cours de rares  balades dans le parc, abandonnés de leur famille, comme des pestiférés.
     

    Je peux affirmer que les médecins, soignants, kinés, maitres-nageurs ( euses )  le personnel de service méritent d'être reconnus comme super performants.
     

    Je suis revenue à la maison contente, mais triste de quitter les autres que j'avais l'impression d'abandonner.
     

    Maintenant l'établissement a été refait complètement, chambre particulière et sanitaires plus nombreux.
     

    Des chambres, la mer du Nord est visible comme un tableau, dès qu'on sort des portes elle est tout près, avec ses dunes uniques.
     

    J'ai continué à y aller souvent visiter mon amie amputée d'une jambe,  et rencontrer des médecins, très consciencieux au centre de la mémoire, et pour d'autres sujets, c'est comme cela que j'ai pu constater l'évolution des travaux.

       
     

    Fichier hébergé par Archive-Host.com

    A BIENTÔT

     

    « Anciens tramways belges.Aux oubliettes...! »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    12
    Samedi 23 Mai à 15:43

    Mary tu as remonté un article? 

    Bon week end.

      • Samedi 23 Mai à 15:56

        Il est parti en le relisant cherchant le commentaire de mr-Hé le belge en Chine m'ayant bannie avant hier à cause des " qui tu sais " arf

         

         

         

    11
    Vendredi 22 Mai à 19:51
    Je connais mon fils qui a la SEP il fait de la rééducation rien à dire super personnel aux écoutes et conscentieux tous les six mois mon fils y retourne et sans appréhension bisous Marie bonne soirée
    10
    Jeudi 12 Septembre 2019 à 16:21

    coucou Mary

    c'est poignant quand on lit ton vécu, mais je connais pour  avoir travaillé en hôpital pendant plus de 40 ans, c'était pas facile de soigner des personnes dans des chambres à 3 4 ou même 6 lits on manquait de paravent pour essayer de respecter la pudeur des personnes. Heureusement à l'heure le système s'est amélioré

    je te remercie de ta gentille visite et te souhaite une très bonne soirée

    bisous

    9
    Jeudi 12 Septembre 2019 à 10:09

    C'est la même chose à Berck sur mer, il y en a plusieurs de ces hôpitaux. 

    Depuis la ville s'est mise aux normes handicapés, ils sont nombreux à circuler grâce aux fauteuils électriques, tous les magasins et restaurants sont accessibles, c'est super. 

    Moi je suis allée 2 mois une année et 3 mois la suivante dans un préventorium dans l'Oise, il fallait que je prenne du poids, c'est un comble alors que là je dois en perdre. 

    C'était quand j'étais enfant, difficile le séjour car une vraie rigueur militaire, les siestes la journée, les promenades à pieds tous les jours et surtout les repas, un vrai calvaire pour moi. 

    Je n'en garde pas de très bons souvenirs sauf l'odeur des troène qui n'étaient jamais taillés donc très fleuris. 

    Dès que je sens cette odeur les images me reviennent. 

    Bises

    8
    Jeudi 12 Septembre 2019 à 08:59

                                         Bonjour Marie

    Bien vu pour faire partager ce témoignage vécu

    Cela doit permettre de faire réfléchir d'autres aussi

    Je viens te souhaiter un bon jeudi en ce 12 Septembre

    Je te fais de gros bisous

    Amicalement

    Jean

    7
    Jeudi 12 Septembre 2019 à 05:34

    Bonjour Mary,

    Je ne connais pas ce genre d’hôpital mais bravo aux médecins et infirmier(ère) pour leur conscience professionnelle.

    Quatre semaines d’hospitalisation ce n’est pas rien un cap difficile dans ta vie tu en parles comme si c’était hier et pourtant 19 ans sont passés.

    Merci de l’avoir évoqué ici pour ton amie et à ses enfants à qui je souhaite un bon courage pour cette jour éprouvante.

    Zuydcoote est une très belle plage non loin de chez moi pas très fréquentée en cette période de l’année ton amie pourra y aller pour se changer les idées pendant les soins  de son fils.

    Bonne journée Mary

    Je t’embrasse

    Christine.

    6
    Jeudi 12 Septembre 2019 à 04:22

    Bonjour Mary

    merci pour le partage, un combat que tu as gagné

    Passe une très bonne journée

    Avec amitiés

    René

    5
    Mercredi 11 Septembre 2019 à 19:57

    Bonsoir Mary, je ne connais pas ce genre d'hôpital mais des médecins consciencieux t'ont bien sorti d'affaire. Bravo à cet établissement. Hélas je connais l'hôpital pour avoir subi une vingtaine d'opérations de toute sorte et ce n'est pas fini. La vie est ainsi, pas toujours rose mais il y a d'autre bonheur. Merci à toi d'avoir eu le courage d'en parler. Bonne soirée. Gros bisous.

    4
    poetamateur
    Mercredi 11 Septembre 2019 à 18:54

    je m'efforce de ne pas fréquenter ce genre d'endroit.....

    mais le peux on indéfiniment ?????

     

    bises Marie

    3
    Mercredi 11 Septembre 2019 à 18:53

    L'hôpital est une grande école de l'humilité. J'ai travaillé 42 ans dans cet univers où l'on apprend à relativiser tous nos ennuis physiques et psychiques. Les malades sont souvent des guerriers face à la maladie et nous les encouragions pour aller rechercher en eux toutes les réserves possibles pour lutter.

    Gros bisous du jour

    Mireille du sablon

    2
    Mercredi 11 Septembre 2019 à 18:39
    Oui je sais pas mon fils lui timide voulant pas parler de sa maladie à été mis en confiance et la il fait de gros progrès c'est le docteur de cet endroit qui a fait le courrier pour obtenir sa carte de stationnement que du positif dans ses lieux il y sera demain matin bisous mon amie bonne soirée d ici peu ma fille sera q santorini encore de belles photos je voyage ain si maintenant bizzzz
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :